actualite calvin

Préface


En 2009 a lieu la célébration du 500e anniversaire de la naissance de Jean Calvin, grand réformateur français. La phrase de l’Ecclésiaste  « On peut multiplier les livres sans fin » s’avérera sans doute exacte. Partout dans le monde, dans une grande variété de langues, le public aura l’embarras du choix parmi toutes sortes de commentateurs qui dissèquent sa vie, son œuvre et son héritage. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, tout le monde admet que son influence a été et reste énorme sur la culture, la politique et la théologie.

Cependant, ce qui distingue ce livre dans le monde francophone est que les différents auteurs se présentent sans ambiguïté comme appréciant Calvin, adhérant pleinement aux doctrines souvent appelées calvinistes et désirant qu’elles soient davantage acceptées dans l’Église contemporaine.

Calvin n’a jamais cherché la reconnaissance et, à sa demande, il a été enterré dans une sépulture sans aucune inscription. Alors est-il légitime de commémorer cet anniversaire et d’écrire des tomes en son honneur ? L’épître aux Hébreux 13 : 7 nous exhorte pourtant : Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu, considérez l’issue de leur vie et imitez leur foi. Pour beaucoup de chrétiens de par le monde, Calvin a été et reste un guide digne de confiance, qui a dispensé avec droiture la Parole de la vérité. Ne pas marquer cette date serait alors une grave omission. Il faut donc le faire en respectant les conseils du réformateur lui-même. Dans son commentaire sur I Corinthiens 1 : 12, il permet un certain degré d’honneur aux ministres du Christ, mais cela ne doit jamais empêcher le Christ d’avoir toute la gloire qui est son dû. Notre souhait est donc que ce livre puisse aider l’Église francophone, non pas simplement à retrouver Calvin et à l’imiter, mais surtout à imiter le Christ et à lui donner toute la gloire dans tous les domaines de la vie.

Les chapitres suivants ont d’abord été rédigés en tant que conférences lors du Colloque biblique francophone en mars 2008. Cette rencontre annuelle de responsables chrétiens, de conviction baptiste et pédobaptiste, fidèles à l’esprit de la Réforme, a pour but, entre autres, de faire connaître la richesse de la Bible dans la tradition des Réformateurs du XVIe siècle. La présence et l’active implication de personnes de nationalités différentes, tant parmi les participants que parmi les conférenciers, ont été une réelle bénédiction pour tous.

Ces études remplissent parfaitement ce but du Colloque. La plupart d’entre elles abondent de références bibliques. Etre calviniste n’est donc pas être attaché aveuglément à un héros d’autrefois. Ces doctrines et ces principes si précieux s’élèvent non pas de Calvin, même s’il a été le premier à les avoir formulés si clairement, mais des Écritures elles-mêmes.

La force de ces exposés réside dans le fait qu’ils traitent non pas de sujets habituels comme les doctrines distinctives du calvinisme, la situation historique à Genève, ou la Réforme en général, mais plutôt de thèmes souvent négligés ou mal compris, qui sont pourtant pertinents de nos jours pour la bonne santé de l’Église et pour le chrétien ordinaire. Vu la confusion qui règne dans l’Église moderne autour de ces questions, les examiner ne peut donc être que bénéfique.

Ainsi l’union du chrétien avec le Christ, un thème central du Nouveau Testament, l’était aussi chez Calvin, et combien notre assurance chrétienne en dépend ! Une bonne compréhension du rôle essentiel du Christ dans l’œuvre du salut depuis l’éternité passée souligne, parmi plusieurs choses, l’unité de tous les rachetés ainsi que celle des deux Testaments. Face aux dérives modernes quant au sujet de l’Esprit, l’enseignement équilibré de Calvin sur son activité dans la réalisation du salut nous éclaire et nous réconforte énormément. Combien Calvin a manifesté les qualités de l’homme Jésus-Christ, surtout dans ses réponses aux insultes ! En lisant le récit des problèmes pastoraux qu’il a dû affronter, nous voyons que le climat dans lequel nous sommes appelés à exercer notre ministère est bien similaire au sien. Cela doit encourager l’Église toute entière à avoir une confiance renouvelée en les moyens de grâce. L’opinion française sur le réformateur est basée principalement sur deux choses – la prédestination et Servet. Toutes les deux sont éclairées avec brio dans ces pages. La lecture du chapitre sur Servet pourrait à elle seule changer l’attitude à son sujet !

Un livre ne pourra jamais transmettre pleinement la passion des conférenciers, ni l’enthousiasme avec lequel leurs exposés ont été reçus. Néanmoins, notre prière est que ce livre puisse servir à transformer nos églises et ensuite la société, comme l’a fait le ministère de Calvin au XVIe siècle. C’est donc certainement un livre à garder et à consulter bien après cet anniversaire. Mille fois merci à Christian, Daniel, Douglas, Jean-Marc, Paul et Pietro !

Malcolm Ball, Pasteur à Nantes
Président du Colloque Biblique Francophone

 

Table des matières

Préface Malcolm Ball  
 Chapitre I  Daniel Bergèse Jean Calvin (1509–1564) 
 Chapitre II  Jean-Marc Berthoud  Humanité de Jean Calvin
 Chapitre III  Douglas F. Kelly  Calvin pasteur, présenté par les procès-verbaux du Consistoire de Genève
Chapitre IV Daniel Bergèse Calvin et « l’affaire Servet »
Chapitre V Pietro Bolognesi Calvin théologien du Saint-Esprit
Chapitre VI Christian Adjémian Christ le Médiateur chez Calvin
Chapitre VII Christian Adjémian L’union en Christ chez Calvin
Chapitre VIII  Paul Wells     La prédestination chez Calvin

 

Consulter le site de l'éditeur